Vous êtes ici : Accueil  >  L'action municipale  >  Eaubonne durable  >  Le rucher communal

L'action municipale

Le rucher communal

Photo d'une abeille qui butine

Par l’installation d’un rucher au parc de la Chesnaie en 2015, la Ville d’Eaubonne agit pour la biodiversité. Cette action va de pair avec les pratiques du service des espaces verts qui n’utilise plus de pesticides dans les jardins de la Ville.

Le rucher comprend six ruches qui chacune peuvent accueillir de 20 000 à 60 000 abeilles. Les ruches sont entretenues et surveillées par un apiculteur référent envoyé par l’ UNAF , partenaire sur le projet.

Une fois colonisées, les abeilles butinent et pollinisent dans un rayon de 3 km. Chaque jour, elles peuvent ramener à la ruche le nectar et le pollen de plus de 225 000 fleurs présentes dans leur champ d’action.
Le programme comprend également des analyses polliniques effectuées par l’UNAF afin de connaître l’identité et la diversité des plantes visitées par les abeilles. On constate que la biodiversité est parfois plus riche au cœur des grandes métropoles que dans de nombreuses zones de grandes cultures devenues de véritables déserts écologiques.

Des ruches intégrées dans nos villes

En plaçant les ruches en ville, on intègre l’abeille dans l’espace urbain, se rapproche des citoyens et dispose ainsi de l’écoute et de la proximité du plus grand nombre pour sensibiliser à cet enjeu fondamental pour notre environnement. Même si cela peut paraître paradoxal, les colonies d’abeilles vivent aujourd’hui mieux en ville en raison de l’absence de traitements phytosanitaires lourds, d’une température légèrement supérieure à celle de la campagne et d’un enchaînement de floraisons souvent plus régulier qui permet un butinage plus long et sur une grande diversité de fleurs.
Chacun peut participer à la vie du rucher en limitant l’utilisation de produits phytosanitaires dans les jardinières des balcons et dans les jardins.

Un miel toutes fleurs…

Nectars de fleur : fruitiers, acacias, tilleul, châtaignier, mais aussi toutes les fleurs de jardin ou encore : saule, vigne vierge, catalpa, houx, chêne et même palmier... L'odeur a une touche boisée accompagnée de notes végétales sur fond largement fleuri, que l'on retrouve dans la saveur.

Protection des abeilles

Vous pouvez aider les abeilles en cultivant dans votre jardin des plantes mellifères, riches en pollen et en nectar. Pour cela, il faut choisir des espèces comme l’aubépine, l’acacia, le robinier, le tilleul ou le châtaignier qui fleurissent à différentes saisons. Et pour ceux qui ne disposent que d’un balcon ou d’un rebord de fenêtre, vous pouvez semer des coquelicots, des marguerites ou des trèfles dans vos jardinières : ces insectes en raffolent.

En chiffres

  • Une abeille pèse à vide 80 à 100 mg ; charge maximum d’une abeille : 70 mg.   
  • Une reine pond jusqu’à 2000 œufs par jour, 130 000 par an et 500 000 dans sa vie.    
  • L’abeille vit en moyenne 20 à 35 jours, l’abeille hiver : 170 jours et plus.    
  • Une colonie, c’est 10 à 80 000 abeilles.    
  • En une journée, une colonie de 40 000 abeilles, dont 30 000 butineuses, visite 21 millions de fleurs, soit 700 fleurs par abeille. Soit pour 20 000 butineuses d’une ruche : 14 millions de fleurs visitées quotidiennement.    
  • Une butineuse récolte 40 mg de nectar, ce qui donnera 10 mg de miel et 20 mg de pollen.    
  • Nombre de voyages nécessaires pour ramener un litre de nectar : 20 à 100 000.    
  • Nombre de voyages nécessaires pour obtenir 10 kg de miel : 800 000 à 4 millions.
Haut de page